rapporteuses.com

Rapporteuses

Adidas arrête sa collaboration avec Kanye West, connu sous le nom de Ye © Amazon

Kanye West : la chute

Mardi 25 octobre, Adidas a annoncé arrêter “immédiatement” sa collaboration avec Kanye West, connu sous le nom de Ye, après des remarques à caractère antisémites proférées par le rappeur américain, qui a définitivement franchi la ligne rouge.

Voilà des années que le public supporte les frasques et les délires de Kanye West, excusant ses nombreuses sorties de route au motif que la star serait bipolaire. Certes Kanye West est un excellent artiste, producteur prolifique et entrepreneur avisé comme le montre ses nombreux contrats publicitaires et son classement Forbes, dont la fortune avoisinait les 1,8 milliard de dollars (soit environ 1,51 milliard d’euros) dont 1,5 milliard pour Yeezy, sa marque en collaboration avec l’équipementier allemand Adidas qui vient de le lâcher. Les récentes déclarations antisémites de l’artiste, laissent peu de place aux excuses.

Le Tee shirt de la discorde

Candace Owens l’activiste conservatrice à droite et Kanye West à gauche le 3 octobre 2022 à Paris pendant la Fashion Week © Twitter

Le 3 octobre dernier en pleine Fashion Week à Paris la nouvelle collection YZY SZN 9 est très attendue par toute l’industrie de la mode. Quel ne fut la stupéfaction du public en découvrant le tee shirt arboré par Ye barré du slogan « White Lives Matter ». Un détournement scandaleux du mouvement « Black Lives Matter », qui milite contre le racisme généralisé envers les Afro-Américains, utilisé par l’extrême droite américaine, et revendiqué par les suprémacistes blancs. La rédactrice en chef de Vogue, Gabriella Karefa Johnson présente au défilé de Kanye West scandalisée, avait dénoncé le détournement sur Instagram. « Les tee-shirts que cet homme conçoit, produit et partage avec le monde sont une pure violence » écrivait-elle ajoutant : « Il n’y a pas d’excuse, il n’y a pas d’art ici ». Plusieurs personnes avaient quitté le show avant la fin, révolté d’une telle audace. Plutôt que de faire profil bas, ce qui n’est vraiment pas dans ses habitudes, l’interprète de Stronger s’est lancé dès le lendemain, dans une campagne de haine contre la rédactrice en chef sur les réseaux sociaux. Le mannequin Gigi Hadid outrée ainsi que d’autres personnalités n’ont pas hésité à le recadrer. Sur sa lancé Kanye West qui bénéficie malgré tout de nombreux soutiens parmi ses fans, avait donné une interview à Fox News, la chaîne préférée de Donald Trump et des conservateurs, mais le média Vice avait réussi à se procurer des extraits non diffusés où en entendait le rappeur tenir des théories de complot racistes. De son côté l’équipementier Adidas qui produit les produits de la marque de Kanye West dont le fameux tee shirt, avait pris ses distances, embarrassé par cette affaire, déclarant : « réexaminer sa relation » avec l’artiste. Ce n’est pourtant pas la première fois que Kanye West stigmatise à ce point sa communauté. En 2018 sur TMZ, site spécialisé dans les célébrités, le rappeur avait déclaré à propos de l’esclavage: « On entend parler de l’esclavage qui a duré 400 ans. Pendant 400 ans ? Ça ressemble à un choix », ajoutant : « Nous sommes dans une prison mentale. J’aime le mot “prison” parce qu’“esclaves” est trop lié aux Noirs ». Des propos qui lui avaient valu des remontrances de la part des artistes noirs, mais dont Kanye West n’a eu cure.

Des propos antisémites indéfendables

Des suprémacistes blancs qui effectuent un salut nazi sur une autoroute à Los Angeles suite aux propos de Kanye West © Twitter

Après la malheureuse séquence du tee shirt, dans une publication depuis supprimée de Twitter, car enfreignant ses règles, Ye a été suspendu du réseau social après avoir posté : « qu’il allait s’attaquer aux juifs ». Dans la foulée son compte Instagram a été aussi suspendu, et les réactions ne se sont pas faites attendre notamment du côté de la communauté juive. Jonathan Greenblatt, directeur général de l’Anti-Defamation League, une ONG qui lutte contre l’antisémitisme a tweeté à l’intention d’Adidas : « Votre silence est un danger pour les juifs », « Nous ne pouvons pas laisser l’antisémitisme de Ye se normaliser : nous devons tous exiger qu’Adidas condamne sa rhétorique raciste en réévaluant leur partenariat. » Finalement et « après un examen approfondi, la société a pris la décision de mettre fin immédiatement au partenariat avec Ye », apprend-on dans un communiqué. « Adidas ne tolère pas l’antisémitisme ou tout autre forme de discours haineux », a-t-il ajouté. Le groupe allemand dont les fondateurs sont des anciens nazis, a également annoncé « mettre fin à la fabrication des produits » de la marque Yeezy du rappeur. Il sera difficile pour Kanye West de se justifier non seulement car tous ses réseaux sont supprimés, et sa maladie ne saurait justifier de telles déclarations. Lui qui à la mi-octobre, annonçait son intention d’acquérir Parler réseau social créé en 2018 et destiné aux porte-voix de l’extrême droite américaine, ne pourra plus le faire.  Dans le New York Times, l’éditorialiste Charles Blow qui avait fait un portrait peu reluisant de l’artiste, le décrivant comme un « narcissique, accro à l’attention et aux éloges qui participe à sa [propre] torture. Il la soigne et l’utilise. Une partie est peut-être naturelle, mais une autre partie est fabriquée, pour étoffer la légende. » Lâché par Balenciaga, puis par Adidas, c’est Camille Vasquez l’ancienne avocate de Johny Depp qu’il avait engagé pour défendre ses intérêts dans sa procédure de divorce avec Kim Kardashian qui ne souhaite plus le représenter, de même que son agent. Ce week-end c’est une banderole accrochée au-dessus d’une autoroute de Los Angeles, qui a précipité encore plus la chute du rappeur, sur laquelle on pouvait lire : « Kanye a raison à propos des juifs » et « Klaxonnez si vous êtes d’accord ». Les auteurs ont été pris en photo effectuant un salut nazi. Lundi l’agence CAA l’une des plus importantes d’Hollywood, et qui représente Kanye West, a déclaré mettre fin à leur partenariat, de même que la société de production MRC cité par le Los Angeles Times qui a annulé un documentaire pourtant déjà terminé sur l’artiste. « Nous ne pouvons soutenir aucun contenu qui élargisse son audience » affirment-ils. Ari Emanuel, le président d’une autre agence californienne, Endeavor, appelle toutes les entreprises à couper les ponts avec Ye. « Ceux qui continuent à faire des affaires avec Kanye West donnent à sa haine malavisée un public », a écrit-il dans le Financial Times. « Il ne devrait y avoir aucune tolérance, où que ce soit, pour l’antisémitisme de Kanye West. »

Des pertes financières pour Kanye West et Adidas

Les pertes financières vont être énormes pour Adidas et Kanye West  © Jonathan Leibson/ GETTY IMAGES NORTH AMERICA/Getty Images via AFP

Adidas qui développait depuis 2014 la collection de baskets Yeezy du rappeur, a décidé malgré le succès phénoménal engrangé par la collection, mettre fin à sa collaboration avec Kanye West. L’équipementier tient néanmoins à préciser qu’il restait « l’unique propriétaire de tous les droits de conception des produits existants (…) dans le cadre du partenariat », en cas de batailles juridique à venir. Adidas a également décidé « d’arrêter tous les paiements à Ye et ses entreprises », quand bien même cette décision aura « un impact négatif à court terme allant jusqu’à 250 millions d’euros sur le résultat net » de la société en 2022. Kim Kardashian, ex-compagne du rappeur s’est désolidariser du père de ses enfants en écrivant sur Twitter et Instagram : « Les discours haineux ne sont jamais acceptables ou excusables », ajoutant : « Je suis solidaire de la communauté juive et je demande que la terrible violence et la rhétorique haineuse à leur égard prennent fin immédiatement. Selon BFM Bourse, Adidas a perdu 3,2% à 100,50 euros à la clôture, ce qui creuse sa perte depuis le 1er janvier à environ 60%. Royal Bank of Canada estime dans une note les revenus annuels issus de la marque Yeezy entre 1,7 milliard et 1,8 milliard d’euros. La banque canadienne évalue la perte de chiffre d’affaires pour le seul quatrième trimestre à 500 millions d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vues : 30