rapporteuses.com

Rapporteuses

La place Dauphine à Paris une nuit d’hiver en mars 2018 © Jan-Clod

Sobriété énergétique : comment les Français vont-ils passer l’hiver ?

Le plan de sobriété annoncé le 6 octobre, prévoit une réduction de 10 % de la consommation d’énergie d’ici 2024. Pour passer l’hiver, baisse des chauffages dans les bureaux et extinction des feux pour tous, certaines entreprises allant jusqu’à faire appel à des experts en sobriété.

La France traverse en ce moment un été indien qui ravit les adeptes de farniente, mais qui affolent les experts en climatologie. A l’annonce du plan de sobriété énergétique, présenté par la Première ministre Elisabeth Borne, qui prévoit entre autres de baisser la température du chauffage à 19 °C dans les pièces principales et à 17 °C dans les chambres, son chauffe-eau à 55 °C, et éteindre les appareils qui ne sont pas utilisés ou en veille, les Français pour la très grande majorité prêts à faire des efforts, conscients des enjeux pour la planète et du conflit de la guerre en Ukraine. Mais tout en abordant l’hiver avec résignation et incertitude, certains voient d’un très mauvais œil cette infantilisation et l’intrusion de l’Etat dans leurs habitudes, pour preuve l’étude réalisée par Cluster 17 pour Le Point qui conclue : sobriété oui, austérité énergétique, non !

Baisser le chauffage à 19°c, pourquoi pas

La première ministre Elisabeth Borne, le 6 octobre 2022 ©

Dans l’enquête réalisée par Cluster 17 pour Le Point, sur un échantillon de 2 797 personnes âgées de 18 ans et plus, 70 % des personnes interrogées sont favorables pour limiter le chauffage à 19°c. Le ministre des Finances Bruno Lemaire dans un entretien sur France Inter le 27 septembre, avait déclaré qu’il allait troquer sa cravate contre un col roulé cet hiver, espérant ainsi donner l’exemple dans les efforts demandés aux Français sur la baisse du chauffage conseillée par le plan de sobriété énergétique. Une déclaration qui a fait flop, le ministre a été raillé sur les réseaux sociaux, certains allant jusqu’à accuser le ministre de faire de la communication, et les éditorialistes des plateaux télé souriant à l’idée d’un Gilles Le Gendre député de Paris, remplaçant son sèche-linge par un étendoir à linge. Même le président de la République Emmanuel Macron qui est apparu lundi 3 octobre, emmitouflé dans un col roulé pour le lancement du Conseil national de la refondation n’a pas réussi à faire passer le message. Suite à la polémique, Bruno Le Maire a cru bon rectifier le tir le 8 octobre sur sa page Facebook, en commençant par un « Chers lecteurs, pardonnez-moi de vous déranger pour un col roulé » regrettant que son message soit mal compris et sujet à des polémiques. Pour Laurent, Parisien à qui nous avons demandé si lui aussi comptait baisser son chauffage, et suivre l’exemple du ministre, il ironise : « dans mon appartement de 60 mètres carré, je peux effectivement mettre un col roulé, voire sortir mes vieilles charentaises et me contenter de 19°c, mais dans ma salle de bain, j’ai besoin d’un peu plus de chaleur, car je suis de nature frisquet, et j’ai bien peur de grelotter à moins 19 ».

L’extinction de l’éclairage public

Sobriété énergétique © Université Paris Dauphine

C’est la maire de Paris Anne Hidalgo, qui a dans un premier temps avait annoncé l’extinction de l’éclairage des monuments municipaux comme des mairies d’arrondissement à partir de 22 heures, dans le cadre d’un « plan d’urgence pour la sobriété ». Mais devant l’émoi des Parisiens, l’Edile avait finalement décidé que les 366 projecteurs de la Tour Eiffel qui s’éteignaient à 1 heure du matin ne le seraient qu’à partir de 23h45. Pour Mohamed chauffeur de VTC habitant la région parisienne et qui roule parfois toute la nuit, cette mesure n’est pas pénalisante pour les Parisiens comme nous journalistes résidant dans la Capitale nous dit-il, car quelques rues restent encore éclairées. « Quand je raccompagne certaines clientes en banlieues, nous sommes déjà dans le noir complet dans certaines villes à partir de 22h.  Il y en a qui me demandent d’atteindre qu’elles soient rentrées chez elles, ou dans leur hall d’immeuble car elles ont peur ». En revanche comme le démontre le sondage, pas question pour les Français de réduire leur vitesse sur autoroute en passant au 110 km/h. La voiture reste encore pour beaucoup un espace de liberté et d’autonomie dont ils ne veulent pas se priver. 52 % s’y opposent fermement surtout ceux habitant les petites communes. Les traditions semblent aussi l’emporter, car ils sont « 61 % » opposés à la réduction ou à la suppression des illuminations de Noël.

Détecter le gaspillage d’énergie au sein des sociétés

Les entreprises sont invitées à mettre en place un plan de sobriété énergétique © wooster/stock adobe.com

Cet été plusieurs personnalités parmi lesquelles Drake, Taylor Swift, Kylie Jenner ou encore l’homme d’affaires Bernard Arnault, ont été la cible de flight tracking, un système qui consiste à suivre en temps réel ou à retracer les déplacements des avions et jets privés à partir des signaux qu’ils transmettent publiquement, grâce à des plates-formes comme FlightAware, FlightRadar24 ou ADS-B Exchange. Certaines entreprises ont bien compris le devoir d’exemplarité et l’importance de leur image de marque, et n’ont pas hésité à se tourner vers des “energy manager”, autrement dit des experts en économie d’énergie. Leur objectif est simple : détecter le moindre gaspillage d’énergie au sein des sociétés. C’est ce qu’à expliqué au micro de Europe 1 Viviane Caruel, experte qui s’occupe de la compagnie d’assurances Generali. “On regarde ce qu’il se passe dans les open spaces. Avec des capteurs température, on peut savoir quel fonctionnement présente des défauts. Cela peut nous arriver de démonter les faux plafonds pour regarder quelle vanne est mal réglée ou ne marche plus“. Une technique apparemment efficace puisque Gérald Yven, responsable de l’environnement chez Generali déclare :  “on a déjà réussi à réduire de plus de 20% notre consommation énergétique“, et qui espère une réduction de 25% d’ici à 2025. Pour ce qui est des ménages français, l’Etat leur a promis une aide pouvant aller jusqu’à 9 000 euros pour passer d’une chaudière au gaz à une pompe à chaleur. Le dispositif MaPrimeRenov’ doit également permettre d’encourager la rénovation des systèmes de chauffage pour des bâtiments de logement collectif. Le plan de sobriété qui encourage également le covoiturage, reste encore à mesurer, il est encore trop tôt pour se prononcer sur le bonus financier qui sera mis en place à partir du 1er janvier 2023, qui sera attribué à toute personne qui s’inscrit sur une plate-forme de covoiturage, et dont le montant avoisinera les 100 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vues : 10