rapporteuses.com

Rapporteuses

Sans titre-4 copie 2

Crédit Jean-Ralph Adiba

Fiac 2021 : la crise est bel et bien derrière nous

Paris retrouve un marché de l’art qui bouillonne enfin. Pour la première fois le Grand Palais éphémère, accueillait du 21 au 24 octobre la crème de la crème pour cette 47ème éditions de la Foire Internationale d’Art Contemporain.

Il y avait foule de personnalités ce mercredi soir 20 octobre lors du vernissage de la Fiac. 46 655 visiteurs qui se sont pressés pour admirer chefs d’œuvre d’art modernes et autres créations contemporaines et de design parmi lesquels l’acteur Brad Pitt et l’humoriste Gad Elmaleh. Voilà le marché de l’art rassuré, à en juger par les nombreuses ventes chez les 171 exposants réunis sous la voûte marine du Grand Palais éphémère. 

Après Art Paris qui fut un grand succès, la Fiac investit à son tour le Grand Palais éphémère face au symbole de Paris : la Tour Eiffel, qui pour l’occasion s’est agrandie en se prolongeant sur le Champ de Mars afin qu’une foultitude de galeries puissent défendre les artistes en particulier, et l’art en général. Ce Grand Palais Éphémère construit, à l’image du monument parisien original, autour d’une nef principale composée de 44 arches en bois, hébergeait les galeries françaises, tels que Galerie 1900-2000, Applicat-Prazan, Le Minotaure, Galerie Zlotowski ainsi que de l’art contemporain tels que : Air de Paris, Art : Concept, Chantal Crousel. Christo et Jeanne-Claude, Picasso, Man Ray, Basquiat, Keith Haring, César, Armand, il y avait là le gratin des stars picturales présenté aux yeux ébahis des visiteurs.

Pour ma part si j’avais pu m’offrir une œuvre, c’eût été, celle d’Unica Zürn, artiste et écrivaine allemande, compagne de Hans Bellmer qui a vécu et exposé en France et côtoyé le groupe surréaliste. Elle était proposée à la galerie Ubu de New York pour le prix d’une jolie voiture de sport rouge ou jaune. Pour info l’heureux propriétaire de la galerie est Adam Boxer et il est assisté de Jacques Kasbi. 

Parmi les artistes qui ont fait le plus parler d’eux, Georg Baselitz, dont les œuvres se sont littéralement arrachées, dont Bad im Flur créée cette année et vendue à 1,2 million d’euros. On peut également noter un Robert Rauschenberg de 1963, Star Grass, qui a trouvé preneur pour 2,8 millions de dollars, une peinture d’Alex Katz de 2021, Olivia 1, vendue pour 600 000 dollars, une sculpture de Pierre Huygues qui sera dans une prochaine collection asiatique pour 275 000 euros ou encore une peinture à la poudre de charbon de Glenn Ligon acquise pour 500 000 dollars. Côté peintures figuratives, un tableau d’Alice Neel a été vendu pour un million d’euros et un autre de Kehinde Wiley, pour 500 000 dollars. Enfin, le président de la Martos Gallery a fait parler de lui en achetant une œuvre de Keith Haring pour la modique somme de 4 millions d’euros. 

Si la Fiac est une foire incontournable sur la Planète Art, tant par la qualité des œuvres exposées, que par le choix d’artistes avant-gardistes, il serait bon de ne pas la réserver à une élite de nantis, le prix d’entrée n’étant pas des plus attrayants et c’est là le seul grand regret que nous puissions avoir. Il faudrait pour les prochaines années, permettre à toutes et à tous d’admirer à défaut d’acquérir, des œuvres de grande qualité.

Vues : 169