rapporteuses.com

Rapporteuses

L’Affiche officielle 2022 © Paramount Pictures Corporation – Jim Carrey, The Truman Show de Peter Weir / Graphisme © Hartland Villa

Festival de Cannes 2022 : un hommage au film The Truman Show de Peter Weir, à la parité et au conflit en Ukraine

Après avoir mis à l’honneur  Spike Lee, président du jury de la 74ème édition en 2021, c’est The Truman Show de Peter Weir qui sera l’affiche du 75ème Festival de Cannes. Vincent Lindon présidera le jury et Virginie Efira officiera en tant que maîtresse de cérémonie, sans oublier l’Ukraine.

Sortie en 1998 et réalisé par Peter Weir, The Truman show avec Jim Carrey, raconte la vie de Truman Burbank, qui est la vedette d’un spectacle de téléréalité, dont la vie n’est qu’un gigantesque plateau de tournage. En choisissant The Truman show pour illustrer l’affiche de son 75ème festival, du 17 au 28 mai, les organisateurs ne pouvaient trouvait pas mieux pour dénoncer cette époque où la téléréalité, les réseaux sociaux, et les plateformes de streaming battent de nouveaux records. L’affiche qui montre un Jim Carey de dos, qui monte un escalier et découvre une porte dans un ciel en trompe-l’œil, devrait pendant cette quinzaine nous amener à réfléchir sur l’avenir du cinéma.

La parité dans le jury et le conflit en Ukraine

VINCENT LINDON © STÉPHANE LAVOUÉ – JASMINE TRINCA © ANDREA GANDINI – NOOMI RAPACE © SAERUN NOREN – JOACHIM TRIER © KASPER TUXEN – ASGHAR FARHADI © DUCHILI – REBECCA HALL © DAEMIAN AND CHRISTINE – DEEPIKA PADUKONE © HOUSE OF PIXEL – JEFF NICHOLS © BEN ROTHSTEIN / FOCUS FEATURES – LADJ LY © LOIC VENANCE / AFP

Cette année c’est Virginie Efira qui a l’honneur d’être la maîtresse des cérémonies d’ouverture et de clôture. Habituée du festival de Cannes, l’actrice franco-belge sera également présente pour défendre Revoir Paris, le nouveau film d’Alice Winocour présenté à la Quinzaine des Réalisateurs, et Don Juan de Serge Bozon. Alice Winocour a qui l’on doit rappelons-le Proxima sorti en 2019, et Augustine en 2012 avec Vincent Lindon. Ce dernier fait son retour à Cannes, après La loi du marché de Stéphane Brizé où il avait eu le prix d’interprétation en 2015, et le triomphe de la Palme d’or 2021 du Titane de Julia Ducournau, mais cette fois en président du Jury. Quatre hommes et quatre femmes seront à ses côtés : la Britannique Rebecca Hall, l’Indienne Deepika Padukone, la Suédoise Noomi Rapace, l’Italienne Jasmine Trinca, l’Iranien Asghar Farhadi, l’Américain Jeff Nichols, le Norvégien Joachim Trier et le Français Ladj Ly.

Dans la section Un certain regard, c’est Butterfly Vision, le premier long-métrage du jeune réalisateur ukrainien, Maksim Nakonechnyo qui a été retenu.  Inspiré de faits réels, le film traite des exactions commises par l’armée russe dans le Donbass dès 2014, plus particulièrement du viol comme arme de guerre. Le jeune cinéaste veut se rendre sur la Croisette pour dit-il : « porter haut la voix de son pays ». Le film Z (comme Z) hors compétition de Michel Hazanavicius fera l’ouverture du festival. Côté Outre-Atlantique, deux comédiens afro-américains seront honorés pendant le festival, l’actrice Viola Davis qui incarne actuellement Michelle Obama dans la série The First Lady et Forest Whitaker. Viola Davis sera la première femme noire à recevoir le prix Women In Motion créé par le groupe Kering partenaire du festival, et Forest Whitaker, la palme d’or d’honneur pour l’ensemble de sa carrière.

Forest Whitaker aux Gotham Awards à New York, le 29 novembre 2021. © ASSOCIATED PRESS

Les films en compétition

Holy Spider d’Ali Abbasi (Danemark, Iran)

Les Amandiers de Valeria Bruni-Tedeschi (France)

Crimes of the Future (les Crimes du futur) de David Cronenberg (Canada)

Tori et Lokita de Jean-Pierre et Luc Dardenne (Belgique)

Des étoiles à midi de Claire Denis (France)

Frère et Sœur d’Arnaud Desplechin (France)

Close de Lukas Dhont (Belgique)

Armageddon Times de James Gray (Etats-Unis)

Broker de Hirokazu Kore-eda (Japon)

Nostalgia de Mario Martone (Italie)

R.M.N. de Cristian Mungiu (Roumanie)

Triangle of Sadness (le Triangle de la tristesse) de Ruben Östlund (Suède)

Decision to Leave de Park Chan-wook (Corée du Sud)

Showing Up de Kelly Reichardt (Etats-Unis)

Leila’s Brothers de Saeed Roustaee (Iran)

Boy From Heaven de Tarik Saleh (Suède, Egypte)

La femme de Tchaïkovski de Kirill Serebrennikov (Russie)

Hi-Han (Eo) de Jerzy Skolimowski (Pologne)

Vues : 44