rapporteuses.com

Rapporteuses

L’affiche des 40 ans de la Fête de la musique © Antonio Tavares

Fête de la musique : 40 ans de liesse populaire  

La Fête de la musique fête son 40ème anniversaire mardi 21 juin. Popularisée en 1982 par Jack Lang ancien ministre de la Culture, elle s’est depuis internationalisée. Grand moment festif, c’est aussi l’occasion de laisser place à tous les genres musicaux, et aux pratiques amateurs.

Le choix de la date du 21 juin, date du solstice d’été, fait référence aux fêtes païennes qui célébraient le jour le plus long. Même si la coutume qui consistait à faire un feu qui devait durer toute la nuit, a disparu, ce sont les artistes qui aujourd’hui « mettent le feu » dans toute la France et ailleurs dans le monde, avec une série de concerts gratuits. Pour les jeunes c’est le moment de faire un break après leurs examens et de se défouler, et pour les amateurs de musique et de bruit en tout genre, l’opportunité de descendre dans la rue pour chanter, danser et parfois découvrir gracieusement des groupes et artistes, novateurs ou confirmés. D’où vient cette idée à la fois géniale et carrément folle ?

Du temps libre pour la jeunesse

Jacques Higelin en 1982, Place de la République à Paris © Sipa

L’origine de la fête de la musique pourrait commencer par le couplet d’une célèbre chanson de Charles Aznavour : « Je vous parle d’un temps que les jeune de vingt ans ne peuvent pas connaître ». Dans les années 1950, André Henri a 20 ans quand il adhère au PS Parti Socialiste, et devient ami avec un certain François Mitterrand. En 1981 ce dernier devenu président de la République, le nomme au « Ministère du Temps libre ». On a du mal à imaginer qu’un ministère ait pu porter ce nom, mais c’était dans l’ère du temps. Ce ministère était chargé d’organiser les loisirs de la jeunesse, et donner leur accès aux sports, aux vacances ainsi qu’aux activités extrascolaires. Tandis que Jack Lang est nommé à la Culture, André Henri a alors l’idée géniale, d’organiser un grand concert avec Jacques Higelin pour fêter l’élection de François Mitterrand, et en même temps rendre hommage au discours de Léo Lagrange du 10 juin 1936 sur le sport. Le 10 juin 1981, Higelin invite le groupe Téléphone à le rejoindre, et mettent le feu Place de la République pour une Fête de la musique et de la jeunesse qui restera dans les mémoires. Une autre version attribue la Fête de la musique à Joël Cohen, musicien américain, qui en 1976, travaillait pour France Musique, et proposa des « Saturnales de la Musique » le 21 juin et le 21 décembre, une programmation musicale spéciale diffusée toute la nuit, pour fêter en musique les deux solstices. Jack Lang avouera plus tard, que c’est de son idée qu’il se serait inspiré. Aidé de Maurice Fleuret, directeur de la musique et de la danse au ministère de la Culture, ils lancent tous les deux la première manifestation Faites de la musique le 21 juin 1982, qui deviendra par la suite Fête de la musique. Et c’est ainsi que depuis 40 ans, on chante et danse dans toutes les rues de France et de Navarre, seul bémol pendant le Covid. En 2020 les rassemblements de plus de 10 personnes étant interdits, les manifestants ont dû faire preuve d’imagination. Jean-Michel Jarre avait joué “en avatar, comme dans Matrix”, dans un univers virtuel où il était rejoint “par les avatars des spectateurs en immersion totale, une première mondiale”. Le 21 juin 2021, des jeunes ont bravé le protocole sanitaire, et la police a interrompu une fête sauvage au jardin des Tuileries à Paris. L’appel avait été lancé sur les réseaux sociaux sous le mot d’ordre #Projet X, reprenant le film de 2012 qui racontait une soirée d’anniversaire qui dégénère. Cette année, une initiative du ministère de la Culture appelée Refaites de la musique au Palais-Royal, est à saluer où les amateurs et professionnels sont invités à prendre possession des lieux pour présenter leurs talents à tous les publics.

Ceux qui ont repris l’idée

Barbès Brooklyn et France Rocks vont jouer à New York © Make Music New York

Cette grande mobilisation de musiciens professionnels et amateurs, est devenue très vite populaire, grâce surtout à la gratuité des concerts. Le soutien de la SACEM, le relais médiatique et l’appui des collectivités territoriales ont contribué à “’exporter” cette manifestation culturelle française à l’étranger. L’idée fut vite reprise dans plus de cent pays, sur les cinq continents. A New York, la première Fête de la musique Make Music New York fut organisée en 2006, sous l’impulsion d’Aaron Friedman. Mardi 21 juin 2022 pour fêter les 40 ans, la France sera mise à l’honneur au Castle Clinton Plaza. Des musiciens du Barbès Brooklyn, et France Rocks, vont faire découvrir au public américain une palette de quelques talents français. Au programme, le jazz manouche du célèbre guitariste Stéphane Wrembel et son trio, les violoncellistes Helen Gillet et Eleonore Biezunski, Glockabelle avec leur pop expérimentale, et la harpiste Laura Perrudin entre autres. La fête de la musique s’importe depuis dans plus d’une centaine de pays sur les cinq continents et les deux hémisphères c’est un immense succès depuis sa création. « La musique adoucit les mœurs » selon un proverbe, elle contribue à l’éveil des sens, même quand on en est privé. Leur handicap, n’a pas empêché à des artistes comme Stevie Wonder, Ray Charles ou Beethoven d’être de vrais génies.

Une pensée pour la chanteuse Hoshi, qui mène un combat contre la surdité et qui nous a émus avec sa performance bouleversante sur la scène des Victoires de la musique, en interprétant son dernier titre Fais-moi signe. Message entendu, nous lui dédions notre couverture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vues : 28