rapporteuses.com

Rapporteuses

Le beau succès du festival No Logo BZH au Fort Saint-Père

Le No Logo BZH, dédié au reggae et aux musiques du monde, a fait le bonheur de près de 19 000 festivaliers durant trois jours au Fort Saint-Père près de Saint-Malo.

Après 2 ans d’absence suite à l’annulation de l’édition 2020, un vent de liberté a soufflé sur le fort st Père.

Peut-on dire que le festival No Logo BZH, dont l’équipe a œuvré ces derniers mois dans des conditions pour le moins incertaines, a été récompensé de sa ténacité ? Sans aucun doute.

Mais le directeur Michel Jovanovic exprime surtout sa gratitude envers tous ceux qui ont rendu cette édition 2021 possible.

« Je crois que l’ambiance était encore plus belle. Nous étions tous reconnaissant les uns envers les autres que ça puisse se faire. Il faut remercier les festivaliers qui nous ont fait confiance. »

De grands noms du reggae étaient présents comme les I Jahman ou encore Clinton Fearon, mais aussi d’autres artistes de la scène Française comme Danakil, Jahnération, Les Nègs Marrons, sans oublier la scène internationale avec  Ayo et Keziah Jones !

« On a dépassé notre objectif »

Ils étaient en effet au rendez-vous alors qu’une jauge maximale de 7 000 spectateurs était en vigueur et qu’il fallait présenter un pass sanitaire valide pour y participer. La journée de samedi affichait complet. Ils étaient aussi 6 300 spectateurs vendredi 13 août, et 5 500 dimanche 15 août.

« On a dépassé notre objectif », indique Michel Jovanovic, heureux que les amateurs de reggae et de musiques du monde aient pu cette année « recharger les batteries au No Logo ». Car c’est ce que nombre d’entre eux expriment. « C’est nécessaire de se retrouver, la musique, ça fait du bien, c’est bon pour la santé ! » indique le directeur du festival.

Pas de soucis majeurs

Le festival qui, rappelons-le, fonctionne depuis sa création en 2017 sans subvention ni sponsors privés, a aussi prouvé qu’il pouvait accepter et appliquer « certaines contraintes ». Cela n’a d’ailleurs pas suscité de gros soucis, notamment s’agissant du pass sanitaire.

Au vu de ce bilan plutôt réjouissant, la tenue d’une prochaine édition est-elle garantie ?

« Dans les cœurs oui, car ce succès nous encourage énormément. Mais, pour l’aspect financier, c’est encore trop tôt pour le dire car les budgets ont explosé en cours de route. »en conclut Michel Jovanovic.

Visits: 18