rapporteuses.com

Rapporteuses

Palais Galliera, Vogue Paris © Paw Terren

Le Palais Galliera présente les 100 ans du magazine Vogue Paris

L’exposition Vogue Paris 1920-2020 au Palais Galliera jusqu’au 30 janvier 2022, retrace l’histoire du magazine fondé par Condé Nast, à travers les rédactrices et rédacteurs en chef qui l’ont façonné par leurs choix éditoriaux et artistiques.

Miroir de son époque, défenseur de la création, Vogue Paris qui est la seule édition depuis 1968 à porter le nom d’une ville, est un acteur majeur de la mode, questionnant les notions de goût, de beauté d’élégance et de culture.

Des couvertures et des éditos qui témoignent de la continuité du magazine

Dès l’entrée nous pouvons admirer les 1007 couvertures de Vogue Paris, installées sous forme de panorama, et qui racontent à elles seules la continuité du magazine sur un siècle. Elles donnent à voir les moments de rupture esthétique et le passage de l’illustration à la photographie. Au dos de chaque couverture, « Le point de vue de Vogue », seule rubrique à avoir accompagné l’histoire du magazine. Ces éditos sont les témoins de l’évolution de la maquette, mais aussi du discours de mode au fil du temps, et du positionnement du magazine dans la société. Au départ composé de quelques lignes au-dessus du sommaire, ils s’autonomisent rapidement pour occuper une pleine page. Textes et images y sont harmonisés de manière unique chaque édito est visuellement remarquable.

 

Palais Galliera, Vogue © Paw Terren

Des rédactrices emblématiques

En 1947, c’est Edmonde Charles-Roux qui donne une place particulière à la musique et à la littérature, ouvrant le magazine à des auteurs peu conventionnels et engagés. Accompagnée notamment du photographe Robert Doisneau, elle écume les vernissages et les sorties mondaines. Le magazine de mode s’ouvre ainsi à la culture, transformant son image et son lectorat. En devenant rédactrice en chef Edmonde Charles-Roux accentue la dimension culturelle et artistique du magazine. Elle prend le risque de bousculer la ligne éditoriale de Vogue Paris en mêlant mode, quotidien et sujets de fond. Avec l’écrivain François Nourissier à ses côtés, elle introduit des chroniques littéraires signées Mauriac, Sagan, Giroud ou Genet. Plus récemment, les rédactrices en chef Carine Roitfeld et Emmanuelle Alt, toutes deux parisiennes de naissance, incarnent le magazine et affirment le pouvoir des stylistes. Carine Roitfeld celui de l’image en s’entourant d’une nouvelle génération de photographes remarquables et fidèles : Testino, Inez & Vinoodh, Sims, Mert & Marcus qui signent visuellement le magazine. Tom Ford puis Anthony Vaccarello pour Saint Laurent font partie des créateurs privilégiés. Emmanuelle Alt, s’inscrit dans sa continuité tout en apportant un nouveau souffle et accentue le développement digital. Cela n’a pas suffit vraisemblablement car cette dernière a été remerciée au mois de mai 2021 pour faire place à la toute puissante Anna Wintour. En effet la rédactrice en chef d’American Vogue, a significativement accru sa mainmise sur l’ensemble de la rédaction de l’entreprise. En décembre 2020, elle a été nommée directrice éditoriale globale du groupe et a pris le contrôle de dizaines d’éditions internationales. Le diable s’habille plus que jamais en Prada.

Catherine Deneuve par David Bailey, Vogue 1966 © David Bailey

Le passage de l’illustration à la photographie

Toutes les couvertures montrent les moments de rupture esthétique et le passage de l’illustration à la photographie. La présence de grands illustrateurs, écrivains puis photographes lui donne peu à peu sa propre personnalité. L’exposition met également en lumière le talent des grands illustrateurs, et particulièrement des photographes, que Vogue Paris a promus : Hoyningen-Huene, Horst, Bourdin, Klein, Newton, Lindbergh, Testino, Inez & Vinoodh, qui y ont réalisé leurs plus belles pages. Au sein du parcours chronologique, plusieurs focus rendent hommage aux complices fidèles du magazine. Sont évoqués les collaborations exceptionnelles avec de grands couturiers, comme Yves Saint Laurent et Karl Lagerfeld. Les modistes et la haute couture, mais plus généralement l’élégance française, s’affichent depuis des décennies dans les pages de la publication ; les plus grands mannequins apparaissent en couverture depuis que la photographie est présente.

Une exposition à voir pour les passionnés de mode, de photographie, et d’art graphique. 

Vues : 25