rapporteuses.com

Rapporteuses

aaaaaaaaaaaa

Photos : Bansky

L'hypersexualisation de Tik Tok

Vous avez sans doute entendu ce terme suite à la vidéo du Roi des rats : “Le plus grand problème de TikTok : l’hypersexualisation” ! Mais qu’est-ce qu’on entend exactement par ce mot ? 

L’hypersexualisation est le fait de commercialiser et médiatiser la sexualité. Ce phénomène se manifeste dans les magazines, les vidéoclips, surtout de rap, les films, l’industrie de la mode, et surtout dans la publicité. Le problème est qu’il affecte comme nous le montre si bien le film Mignonnes de Maïmouna Doucouré, le développement des enfants et adolescents, en particulier les adolescentes.

Avec Tik Tok, c’est le temps de visionnage de la vidéo qui compte

Avec les années 60, et grâce à la “révolution sexuelle”, la parole érotique s’est libérée, entrainant avec elle des répercussions positives mais aussi négatives. Le sexe fait vendre, il devient donc un élément marketing dans les publicités, les magazines ou encore les films. Le problème est que tous ces médias ont aussi transmis des pseudo critères de beauté qui se sont amplifiés avec les réseaux sociaux, notamment Tik Tok dont l’algorithme est très différent des autres, car c’est le temps de visionnage de la vidéo qui compte. C’est-à-dire que si vous regardez en boucle une vidéo de poney, dans l’onglet “pour toi” vous n’aurez que des vidéos de poney. Sauf que beaucoup de mineurs consomment du contenu Tik Tok. Quand ces adolescents regardent, prenons le cas d’une danse, sans qu’ils n’y prennent garde, la vidéo finit par dériver vers d’autres vidéos de danse beaucoup plus sexuelles.

La pédophilie et Tik Tok

Les jeunes étant très influençables, voyant ces danses faites souvent par leurs idoles, non qu’un seul but : les imiter. Jusque-là me direz-vous : rien de grave ! Ces jeunes dansent et ne font que s’amuser. Sauf que les réseaux sociaux ne sont pas le monde des bisounours. Quand des enfants font des danses avec de grosses connotations sexuelles, ils sont sans le savoir à la merci de personnes très mal intentionnées qui peuvent faire leurs apparitions. Il existe plusieurs sites où ces pédophiles s’échangent des comptes, des vidéos ou encore des montages pornographiques à caractère pédophile. Sans compter les likes, ces “prédateurs” continues d’encourager les jeunes utilisateurs en commentaire. D’après https://blog.digimind.com/, « 40% des visiteurs quotidiens de TikTok se situent dans la tranche 15-24 ans en octobre 2020 ».  

Mais ces “prédateurs” ne sont pas le seul danger que peut provoquer l’hypersexualisation. Ce phénomène contribue également à l’augmentation des agressions sexuelles et des violences faites aux femmes comme le fait d’être soumises au rôle de femme-objet et de victime, ajouté à la pression d’être performant sexuellement pour les hommes. Sans compter l’accès à la sexualisation précoce et les comportements à risques, voire la perte d’estime de soi.

Evidemment il y a pleins de côté positif chez Tik Tok, Instagram et les autres, mais gardons les pieds sur terre, car les réseaux sociaux ne sont pas la réalité, j’en veux pour preuve le challenge “daily reminder social media are fake” dont je vous parlerais peut-être une prochaine fois.

Vues : 160