rapporteuses.com

Rapporteuses

Paris Photo 2021 : une 24ème édition en somptuosité

 Paris Photo 2021 Florence Bourgeois et son équipe © Jean-Ralph Adiba

Paris Photo 2021 : une 24ème édition en somptuosité

Paris Photo après une trop longue absence due à cette pandémie, est revenue du 11 au 14 novembre d’une manière étincelante et somptuaire, dans ce nouvel écrin : le Grand Palais éphémère à Paris.

Pour cette 24e édition de paris Photo 2021,148 galeristes et 30 maisons d’édition spécialisées se sont données rendez-vous. Rien ne manquait pour cette édition du renouveau qui s’est avérée exceptionnelle tant par la qualité des photos exposées que par les galeristes de renommées internationales qui ont fait le déplacement. Les Européens étaient en nombre bien sûr, mais il y avait aussi des Mexicains, des Américains, des Iraniens et des Libanais entre autres.

Le bal des galeries

Rapporteuses Paris Photo

Franz et Nadia Van Der Grinten © Jean-Ralph Adiba

J’ai particulièrement été séduit par une photo dans une boulle de l’artiste Bernd Halbherr de la galerie Van Grinten Der Galerie. Philippe Boutté présentait à sa galerie Magnin-A le Sénégalais Omar Victor Diop avec ses autoportraits en hommage à la tradition africaine. Pour les afficionados de la photo, ses tirages de qualité exceptionnelle ont été réalisés dans les ateliers Boba, sur du papier canson infiniti Arches 88. Des photos forcément sublissimes. A la Galerie Rabouan Moussion j’ai apprécié une photo d’un tableau verso du Titien avec l’estampille du musée royale du Louvre que m’a présentée Jacqueline la maîtresse des lieux. Cette dernière m’a appris que la photo de ce tableau, prise à la chambre 20X25 , était une acquisition des Rois de France. Nos anciens monarques offraient ainsi à la France, une des plus belles collections de peinture au monde qui loge au musée du Louvre. 

A la galerie Daniel Blau j’ai rêvé tout mon saoul sur les images des astronautes sur la Lune, notamment la photo d’Alan Bean en train de travailler sur le sol lunaire avec à son poignet la mythique Oméga Speed Master professionnel à remontage mécanique de 1969. A la galerie Polka je n’ai eu d’yeux que pour Contact Peint de William Klein une photo en noir et blanc agrémentée d’un magnifique bleu.

La Galerie de Françoise Besson présentait des photos réalisées par Julien Guinand sur la consolidation de la montagne au Japon avec un bétonnage massif d’immenses paysages, qui malgré cette incongruité et cette irrationalité voit la nature, petit à petit reprendre ses droits. La propriétaire de cette galerie tout droit venue de Lyon, était fière et heureuse à la fois d’avoir pu expliquer à la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, ce cri d’alarme important. Nous devons à présent notre mode de vie et celui de nos enfants et petits-enfants, et éviter à tout prix pour un soi-disant bien-être, bétonner la nature ou organiser une déforestation en règle de l’Amazonie.

Un grand coup de chapeau à la galerie XII de Valéry Ane Fixot de Paris, de la galerie Patricia Condé de Mexico DF, ainsi que la galerie Nathalie Obadia et la galerie Suzanne Tarasieve pour la qualité et la gentillesse de leur accueil, qui ont permis le succès indéniable de cette édition Paris Photo.

Valery Anne Fixot ©Jean-Ralph Adiba

Une organisation aux cordeaux  

Cette édition Paris Photo 2021 a été une réussite totale grâce à la princesse cheffe d’orchestre Florence Bourgeois, directrice ô combien efficace, et à ses hôtesses d’un professionnalisme hors normes. Pour cette première dans ce nouveau lieu conçu d’une main de maître par le talentueux Jean-Michel Wilmotte qu’on ne présente plus, tant ses réalisations sont mondialement connues, ce Paris Photo fut une vraie réussite tant sur le plan des échanges professionnelles et humains, que sur les ventes réalisées, que l’on pouvait mesurer au sourire des exposants.

Le salon VIP agencé par Roche et Bobois, était d’une subtilité et d’une classe folle avec ses canapés accueillants, si somptueux d’élégance et de confort avec une vue magistrale sur notre Dame de Fer intemporelle la si bien nommée, et probablement le monument le plus admiré de France et de Navarre et probablement du monde entier : la Tour Eiffel ! Ce cher Gustave d’où il se trouve, doit certainement jubiler tous les jours de fierté. Merci monsieur pour ce cadeaux somptuaire, qui n’a pas son équivalence dans le monde entier.

Un très grand merci au concierge en chef Felipe Erades, qui avait la lourde charge d’accueillir dans le salon VIP les différents acheteurs et collectionneurs dans ce magnifique décor en quête de nouvelles découvertes ou d’achats judicieux. Merci aussi à toute l’équipe de voituriers, et à Sophie la régisseuse toujours efficace et souriante, qui avait mis à ma disposition la BMW d’un confort et d’une élégance exceptionnelle, qui m’a fait chavirer de bonheur, quand Tony le chauffeur m’a conduit dans un suprême confort à la vitesse de 30 k/h à mon domicile. J’eusse tellement aimé habiter à l’autre bout du monde pour faire durer ce plaisir plus longtemps, tellement j’étais encore sous l’émotion de cette édition de Paris Photo.

Vues : 105