rapporteuses.com

Rapporteuses

image

Genesis (gauche-droite) : Tony Banks, Phil Collins et Mike Rutherford. Crédit : PATRICK BALLS / MARTIN GRIFFIN

The Last Domino : la dernière tournée de Genesis

Le 20 septembre à Birmingham le coup d’envoi du The Last Domino Tour, était donné. La tournée prévoit quelques dates en Europe, dont deux concerts à Paris les 16 et 17 mars 2022 à La Défense Arena.

Les billets pour ces deux shows parisiens dans la plus grande salle d’Europe (40 000 places) sont mis en vente vendredi 29 octobre à 10h, mais des préventes sont prévues dès mercredi 27 octobre à 10h sur le site internet de La Défense Arena.

Une tournée semée d’embuches

Les fans pourront donc de dire au revoir à Phil Collins, Mike Rutherford et Tony Banks pour cette ultime tournée après 50 ans de carrière. D’abord reportée l’an passé pour cause de pandémie, elle a été encore décalée en octobre en Angleterre, un cas de Covid ayant été détecté parmi les membres du groupe.  Retour sur la carrière de ce groupe mythique des années 1970, car bien avant le départ de Peter Gabriel en 1975, remplacé par Phil Collins qui en était le batteur, et celui en 1977 du guitariste Steve Hackett, Genesis reste un groupe unique sur la scène rock.

Une renommée due en partie au départ de Peter Gabriel

Au début des années 1970 Peter Gabriel adopte un look dans l’ère du temps comparable à celui de Bowie, et décide de se travestir pour se produire sur scène. Avec Tony Banks, puis Mike Rutherford, Steve Hackett et finalement Phil Collins, le groupe a un style qui leur est propre, et qui s’affine au fil des albums. Baptisé « rock progressif », il mettra du temps avant de s’imposer. Paradoxalement, c’est lorsque Peter Gabriel décide de quitter le groupe que Genesis voit sa renommée grandir. Au cours des années 1980, Phil Collins, Tony Banks et Mike Rutherford deviennent parmi les plus gros vendeurs de disques au monde grâce, entre autres, à des clips diffusés à longueur de journée sur la chaîne MTV. Mieux encore, le groupe parvient à survivre en parallèle de la carrière solo de ses membres, Phil Collins en tête. En 1996, ce dernier finira par quitter l’aventure sans vraiment se fâcher avec ses anciens acolytes.

Phil Collins sur scène à la Mercedes-Benz Arena de Stuttgart, le 5 juin 2019. CHRISTOPH SCHMIDT / DPA / ARCHIVE AFP

Une dernière pour la route…

Le célèbre groupe a donc décidé de se reformer avec Phil Collins pour une ultime tournée : The last domino. Et cela faisait 14 ans que Genesis ne s’était pas produit en France. Les fans français pourront ainsi applaudir une dernière fois en France leurs idoles lors des deux concerts à Paris les 16 et 17 mars 2022 à La Défense Arena. Ils sont d’ailleurs nombreux à avoir déjà acheté leurs places pour certains concerts en Europe. Souffrant des vertèbres et de la hanche, Phil Collins 70 ans, tiendra sa place au chant mais ne pourra pas jouer de batterie. Il est remplacé par son fils Nicholas, tandis que la formation est épaulée à la guitare et à la basse par le fidèle musicien de scène Daryl Stuermer. Car selon les témoins, la voix du leader de Genesis reste puissante et son charisme intact, mais son fils Nicholas fait honneur à son géniteur, “jouant les parties de son père avec une remarquable précision” et devenant, selon le journaliste de Rolling Stone, “la colonne vertébrale de cette nouvelle incarnation de Genesis“. Quant à la setlist, c’est un festival de hits des années 80, de Mama à Abacab, Invisible Touch, Turn it On Again ou No Son of Mine.

A noté que le groupe a aussi prévu des concerts aux Pays-Bas, en Allemagne et bien évidemment à Londres, lieu où cette tournée s’achèvera.

 

Vues : 11