rapporteuses.com

Rapporteuses

De gauche à droite : Jean-Pierre Noté, Guilaine Depis et Romain Kroës © Guilaine Depis Youtube

Faut-il avoir peur de ChatGPT ?

Faut-il avoir peur de ChatGPT ? C’est autour de cette question que se sont réunis quelques perplexes ce 31 mai, au légendaire Hôtel La Louisiane au cœur de St-Germain-des-Prés dans le 6ème arrondissement de Paris.  

C’est dans une petite salle du premier étage que Guilaine Depis, avec la complicité du gérant de l’Hôtel Xavier Blanchot, à l’habitude d’organiser des soirées de réflexion autour d’un sujet qui fait débat. La soirée est ouverte à tous les curieux et ce mercredi soir, l’attachée de presse a réuni deux de ses auteurs afin de croiser leurs points de vue sur l’impact de ChatGPT, l’intelligence artificielle récemment développée par Open AI. 

« Les robots ne remplaceront pas le travail humain »

Pour ouvrir le débat Guilaine Depis a introduit Romain Kroës, ancien commandant de bord, instructeur, économiste, et écrivain (rien que ça !), qui a traité de la question de l’Intelligence Artificielle dans une partie de son dernier ouvrage Surchauffe, L’inflation ou l’enflure économiste paru en février dernier aux éditions Libre & Solidaire. Dans le chapitre 2, celui-ci nous rassure : non, les robots ne remplaceront pas le travail humain, mais selon lui dans une déclaration à Marc Alpozo pour Entreprendre: « nous aurons beaucoup de mal à nous en libérer et, si nous y parvenons, elle aura quand-même fait beaucoup de dégâts. À commencer non par « la fin du travail », mais par son dépérissement qui peut signifier la fin de tout progrès ».

Autre invité, le toulousain (et non Belge comme l’indiquait faussement ChatGPT lorsqu’il lui avait demandé des informations sur lui-même), Jean Pierre Noté, écrivain et ancien consultant de l’industrie spatiale. Comparé à George Orwell, il a publié en juin 2021 Tantième, un monde sanspuss qui met en scène Aline, une business woman déterminée à posséder l’Académie Française avec pour projet de privatiser les langues grâce à une Intelligence Artificielle. Un thriller numérique qui est devenu un véritable roman d’anticipation puisque quelques mois plus tard sortait le projet secret de OpenAI.

Surchauffes - L'inflation ou l'enflure économiste par Romain Kroës paru en février 2023 aux éditions Libre & Solidaire

Surchauffes – L’inflation ou l’enflure économiste par Romain Kroës paru en février 2023 aux éditions Libre & Solidaire © images.epagine.fr

Tantièmes, Un monde sanspuss de Jean-Pierre Noté paru à l'été 2021 aux éditions AZ’art Atelier

Tantièmes, Un monde sanspuss de Jean-Pierre Noté paru à l’été 2021 aux éditions AZ’art Atelier © azartatelier-editions.com

“Il faut surtout avoir peur des gens qui y croient”

L’apparition de ChatGPT en novembre 2022 aura amusé, effrayé et fait couler beaucoup d’encre sur ses apports, ses limites et ses réelles utilités. Beaucoup critiqué pour la fiabilité des informations et le manque de citation de ses sources, l’IA reste un outil dont les capacités de mémorisation sont impressionnantes. La confrontation des idées développées et les discussions allant parfois jusqu’au chahut, ont mis en avant une réalité :  la dangerosité de ChatGPT ne résiderait pas forcément dans sa conception, mais surtout dans sa réception. Selon Romain Kroës : “Il faut surtout avoir peur des gens qui y croient”.  À l’inverse pour Jean-Pierre Noté cela ne veut pas dire pour autant qu’il ne faut pas se méfier des raisons de sa création et de son utilisation, mais que cette IA peut s’avérer être un bon apport à qui sait s’en servir intelligemment. Et comme à chaque invention où l’Homme se sent dépassé par l’objet qu’il crée lui-même, se développe une peur d’être remplacé et de ne plus être l’Intelligence suprême dotée de raison. A l’époque de Gutenberg, l’invention de l’imprimerie était une révolution, qui inquiétait aussi sur l’avenir de l’impression et du devenir du métier de script. L’important est de comprendre que face à une telle innovation, le challenge sera d’éduquer et de sensibiliser les prochaines générations. La robotisation ne rendra pas l’humain plus stupide, mais le poussera à faire encore plus d’efforts de réflexions et de vérifications sur les informations qui lui seront communiqués. Comme le disait Lénine “La confiance n’exclut pas le contrôle”.

La soirée a réussi à mettre tout le monde d’accord sur un point, oui ChatGPT est une réelle innovation, mais personne n’a pu répondre objectivement à la question “Faut-il avoir peur de ChatGPT ?”, car finalement rien ne remplace l’échange humain, l’expérience des uns et le partage de réflexions. 

1 réflexion sur “Faut-il avoir peur de ChatGPT ?”

  1. Ping : Rapporteuses a assisté à la soirée avec Romain Kroës et Jean-Pierre Noté, merci à Sarah Foucher - Guilaine Depis, attachée de presse (Balustrade)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Views: 87