rapporteuses.com

Rapporteuses

Tina Turner à Birmingham le 8 avril 2009 © Philippe Spittle

Tina Turner : la prodigieuse carrière de la légende du Rock’n’roll

Mercredi 24 mai, Tina Turner, La Reine du Rock’n’roll, s’éteignait en Suisse, à 83 ans, laissant derrière elle une vie remplie de gloire, de drames et de paix. Sa disparition marque la fin d’une prodigieuse carrière, et son influence comme femme et bête de scène, laisse une trace indélébile. 

Tina Turner, de son vrai nom Anna Mae Bullock, commence la chanson dans des gospels au Tennessee, sa ville de naissance. En 1957 à seulement 18 ans, elle rentre dans le groupe The Kings of Rhythm aux côtés de Ike Turner, qui deviendra plus tard son mari et son bourreau. Des années 60 à 70, la jeune chanteuse connaît son heure de gloire au travers du groupe puis du duo qu’elle forme avec Ike. Ils sortent ensemble de nombreux succès comme A Fool in Love (1960), la reprise de Proud Mary (1971) ou celle qui la propulsera, River Deep, Mountain High (1966). Elle se démarque par son énergie et sa voix rocailleuse. Consciente que l’emprise de son mari, tant physique que professionnelle, commence à devenir invivable, elle décide de tout lâcher en 1976 et de fuir cette relation violente et abusive. Elle connaîtra une période de dettes et de descente aux enfers, mais fera par la suite l’un des plus célèbres et réussi come-back de l’histoire musicale. Un parcours semé d’embûches que la chanteuse aura réussi à surmonter et qu’elle raconte dans une autobiographie sortie en 1986 puis adaptée au cinéma en 1993. 

Une légende du rock

À 45 ans, Tina Turner après une longue traversée du désert, sort son album phare “Private Dancer” (1984) qui se vendra à plus de 20 millions d’exemplaires dans le monde entier, faisant d’elle une star planétaire. Son titre What’s Love Got to Do with it remporte un énorme succès et décroche 3 Grammy ainsi que la première place du Billboard Hot 100 pendant 3 semaines. De quoi certifier de l’immense talent de la chanteuse afro-américaine et d’une suite pleine de réussite. S’en suit de nombreux autres succès comme The Best (1989) ou même Typical Male (1986). Son rôle dans Mad Max 3 et sa participation à la BO du film avec la chanson We don’t Need Another Hero (1985), qui se place première dans le classement de plusieurs pays, donne encore un coup de boost à sa carrière. Deux décennies, des duos iconiques et des tournées mondiales plus tard, c’est depuis les années de 2000 que la star se fait plus discrète. Elle continue de sortir quelques chansons et de faire quelques apparitions comme pour les Grammy en 2008 aux côtés de Beyoncé jusqu’à ce mercredi 24 mai qui clôture l’immense carrière de Tina Turner. 

Une vie de combats

Bien que sa carrière musicale ait fait d’elle une idole, sa vie personnelle a aussi forgé une lionne qui n’a pu que se relever face aux drames. Avec des parents absents, elle et sa sœur Alline se forgent seules, éduquées par leur grand-mère. Elle est encore mineure quand elle rencontre Ike Turner de 8 ans son aîné pour se marier avec lui trois ans plus tard à 21 ans. Elle confiera par la suite que c’est par sécurité et parce qu’elle n’a pas osé dire non, qu’elle accepte de le fréquenter : “Je l’aimais comme un frère” disait-elle au magazine Rolling Stone en 1984. C’est lui qui lui imposera ce nom de scène, pour lequel elle se battra pour le conserver. Addicte à de nombreuses substances illicites comme la cocaïne, Ike Turner fera subir tromperie et 16 années de violences conjugales à Tina Turner, qui chantera parfois sur scène le visage tuméfié. Des scènes auxquelles assisteront ses deux enfants Craig et Ronald Tuner. Cette période de sa vie aura un énorme impact sur Tina mais elle lui servira aussi de réserve d’énergie pour devenir encore plus forte et indépendante. Après cette relation néfaste, c’est la mort qui vient assombrir la vie de l’artiste, à commencer par celle de sa sœur en 2010, suivie par le suicide de son fils Craig en 2018 qui brisera encore une fois le cœur de la chanteuse. Le coup de grâce arrive en 2022 avec la mort brutale de son dernier fils biologique Ronald Tuner qui souffrait d’un cancer du côlon. En 2013, un accident vasculaire cérébral, suivi d’un cancer de l’intestin en 2016 puis d’une greffe de rein fragilisent fortement la santé de Tina Turner. Le communiqué de presse publié à sa mort indique qu’elle est décédée “paisiblement chez elle des suites d’une longue maladie”.

Un nouveau départ 

Après son come-back phénoménal dans les années 80 et sa carrière solo qui ne peut que faire de l’ombre à celle de son ancien mari, elle rencontre en 1985, Erwin Bach, un producteur allemand. Un coup de foudre immédiat avec l’homme de 13 ans son cadet. Mariés depuis 10 ans et amoureux depuis près de 40 ans, il tenait une place importante dans sa vie, lui redonnant sérénité et foi en l’amour. Présent à ses côtés face à tous ses drames, c’est aussi lui qui lui fera don de son rein en 2016. Présent l’un dans l’autre jusqu’au bout. Un autre amour bercera sa vie, c’est celui de la Suisse. Elle s’installe à Küsnacht, une petite ville située au Nord-Est du pays près du lac de Zurich, pour suivre Erwin en 1995 et en tombe amoureuse. En 2013, elle y fait une demande de nationalité et laisse derrière elle son passé américain. Végétarienne, convertie au bouddhisme, cet endroit était pour elle comme un havre de paix, loin des projecteurs. C’est dans ce mode de vie plus calme que Tina Turner souhaitait finir sa vie. Elle avait confié à ses proches vouloir être inhumée en petit comité dans son pays d’adoption. 

Des hommages florissants 

Depuis, les hommages en l’honneur de l’icône ne cessent d’être partagés. Des hommages venant de fans qui viennent se recueillir devant sa maison en Suisse, laissant mots et dessins. Des célébrités partagent leur peine, comme le Roi Charles III qui a autorisé à ce que l’on joue le morceau The Best sur le parvis de Buckingham Palace. Des milliers d’autres ont présenté leurs condoléances et ont partagé leurs souvenirs sur les réseaux comme l’ancien président américain Barack Obama, l’actrice Zendaya, le chanteur Mick Jagger, Mariah Carey… L’hommage le plus fort reste celui de Beyoncé lors de son concert au Stade de France, déclarant sur scène « Si vous êtes fan de moi, vous êtes fan de Tina Turner. Parce que je dois être honnête, je ne serai pas sur cette scène sans Tina Turner. ». En effet, Tina Turner a toujours été un modèle pour celle que l’on surnomme Queen B, qui avait pu chanter Proud Mary à ses côtés en 2008. Son mari a pour projet de faire de leur maison de vacances en Suisse un musée, un lieu de recueillement pour les fans et le maire de sa ville natale au Tennessee compte faire ériger un mémorial et une statue en hommage à la chanteuse.

2 réflexions sur “Tina Turner : la prodigieuse carrière de la légende du Rock’n’roll”

  1. Quelle vie ! Quel talent !
    Elle a bercé mon enfance et sa force pour se défaire de sa prison conjugale force le respect .
    Bel article merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Views: 69