rapporteuses.com

Rapporteuses

AFP. Emmanuel Macron

Ce qu’il faut retenir du sommet Afrique-France de Montpellier

Emmanuel Macron s’est adressé à la jeunesse lors du sommet Afrique-France organisé vendredi 8 octobre à Montpellier. Un sommet sans chef d’État, mais autour des  jeunes et la société civile.

« Nous n’avons pas choisi notre histoire et notre géographie ». C’est par ces mots que le président de la République Emmanuel Macron s’est adressé à l’auditoire en acceptant de relever un défi politique, historique et économique, en se laissant « bousculer » par une jeunesse africaine bouillonnante, qui parfois laissait éclater sa colère au cours de ce sommet d’un nouveau genre, sans chefs d’Etat. Voici un extrait des échanges les plus percutants.

Emmanuel Macron bousculé

Ragnimwendé Eldaa Koama, Burkinabée, Coach, formatrice entrepreneure dans le domaine de l’évènementiel : “Si la relation entre les pays d’Afrique et la France était une marmite, sachez qu’elle est très sale, cette marmite”.

Adam Dicko, Malienne entrepreneure sociale et Activiste. : “Sans les Africains, il n’y aurait pas eu de France”. “La présence de la France au Sahel est la conséquence de l’intervention de la France en Libye qui à l’époque a ignoré l’Union africaine”.

Cheikh Fall, blogueur sénégalais et président d’Africtivistes : “Arrêtez de renforcer le pouvoir des dictateurs africains”.

Aliou Bah, Guinéen, leader du Mouvement démocratique libéral (Model) : “Nous n’avons pas la même perception de ce qu’on appelle ‘régime démocratique”.

Après un échange avec douze jeunes issus de la société civile, le président a fait plusieurs annonces officielles sur la base du rapport que lui a remis le 5 octobre, le Pr Achille Mbembé, théoricien du post-colonialisme, et l’un des intellectuels les plus en vue d’Afrique francophone.

Capture d’écran Emmanuel Macron houspillé par Ragnimwendé Eldaa Koama.

Un fonds d’innovation pour la démocratie

Un nouveau fonds sera créé avec une enveloppe dédiée de 30 M€ sur trois ans qui aura pour objectif de venir en soutien aux acteurs du changement sur le continent africain. Un comité de personnalités africaines, françaises et franco-africaines de la société civile décideront des orientations de ce fonds. Les résultats seront aussi évalués.

Maison des mondes africains et des diasporas

“Une mission de préfiguration” va permettre de dessiner les contours de cette future Maison des mondes africains et des diasporas. Outre sa vocation culturelle, elle aura pour but de susciter le débat d’idées, la recherche et l’entreprenariat. Elle sera présidée par Achille Mbembé. 

Relance de Digital Africa

Digital Africa va entrer dans une deuxième phase avec le financement de projets de développement de l’écosystème numérique sur le continent africain. Un fond de 10 M d’euros de subvention pendant trois ans sera accompagné d’une labellisation des projets retenus en partenariat avec Proparco.

Emmanuel Macron entouré de jeunes africains au Sommet Afrique-France. Le 8 octobre 2021. AFP – LUDOVIC MARIN

Coopération culturelle

Le président Macron a insisté sur l’importance de la médiation culturelle. Geste symbolique s’il en est, il a annoncé la restitution dans les prochaines semaines des 26 œuvres au musée d’Abomey au Bénin. Il a rappelé l’importance de la culture et appelé à l’organisation d’expositions conjointes. Un fond de soutien sera créé afin de favoriser l’accueil d’expositions et la circulation des œuvres. Un montant de 300 000 euros lui sera consacré sous l’égide du ministère de la Culture pendant trois ans.

Soutien au patrimoine

L’accueil de professionnels français et africains du patrimoine serra encouragé pour une durée d’un à trois mois dans un musée français autour d’un projet. Des bourses d’études dans le domaine du patrimoine sera lancé. Il est question d’un partenariat franco-allemand. Le programme “Accès culture” qui vise à financer des projets culturels avec le continent africain sera élargi et abondé de 2,5 M d’euros supplémentaires. Le Fonds de mobilité “Culture au Sahel” sera abondé de 150 000 euros.

Mobilité des étudiants

Un dispositif va être mis en place pour favoriser les mobilités croisées d’étudiants entre la France et l’Afrique, notamment pour ce qui concerne les doubles diplômes. 250 étudiants français et d’autant du continent africain seront concernés. Un programme Sport-éducation va être créé pour soutenir les académies sportives africaines, avec une contribution supplémentaire de 4 M€, mise en œuvre par l’Agence française de développement.

Photo Eric Catarina

Vues : 22