rapporteuses.com

Rapporteuses

Le compte Twitter d’Elon Musk affiché sur un écran de téléphone et le logo Twitter affiché sur un écran d’ordinateur portable sont visibles sur cette photo d’illustration prise à Cracovie, en Pologne, le 1er novembre 2022 © Jakub Porzycki Nurphoto/Getty Images

Twitter : petit à petit, l’oiseau fait son nid

Elon Musk en rachetant Twitter, avait promis que le réseau social demeurerait politiquement neutre et que toutes les opinions pourraient s’y exprimer, tout en appelant le 7 novembre dernier, les Américains à voter pour le parti républicain aux élections de mi-mandat.

La recommandation du patron de Telsa et SpaceX à ses 114 millions d’abonnés, n’a visiblement pas fonctionné, la vague rouge prédite par les sondages, aidée de l’oiseau bleu n’a finalement pas eu lieu. Dans la soirée du samedi 12 novembre, le parti démocrate du président Joe Biden conserve donc la majorité au Sénat, défiant ainsi la logique politique qui prévalait jusque-là, pour des élections de mi-mandat.

L’utilisation politique du réseau social

Elon Musk, au Met Gala au Metropolitan Museum le 02 mai 2022, à New York © ANGELA WEISS/AFP

« Bienvenu mon ami ». C’est ainsi qu’Elon Musk a salué le retour de Kanye West sur Twitter, le 28 octobre, alors que le compte du rappeur américain avait été suspendu le 8 octobre pour des propos antisémites. Le rachat du réseau social à peine acté le 28 octobre par la Bourse de New York, que le nouveau patron du petit oiseau bleu, s’est empressé de réintégrer son ami Ye qui était tombé en disgrâce. Un rachat qui ravit l’ancien président Donald Trump qui enregistrait 90 millions d’abonnés avant son éviction suite à l’assaut du Capitole, et qui a réagi sur son propre réseau Truth Social : « Twitter est désormais entre de bonnes mains, et ne sera plus dirigé par les fous de la gauche radicale qui détestent véritablement notre pays ». Avant son acquisition, Elon Musk avait promis que Twitter resterait politiquement neutre et que toutes les opinions pourraient s’y exprimer. Mais c’est surtout la sienne, qu’il n’a pas hésité à formuler en donnant des consignes de vote. « Le partage du pouvoir limite les pires excès, donc je recommande de voter pour un Congrès républicain, étant donné que la présidence est démocrate » avait-il twitté. De quoi inquiéter une partie des Américains qui redoute de voir s’exprimer les idées les plus conservatrices, notamment sur le droit à l’avortement, depuis la décision de la Cour Suprême qui est revenu sur le droit à l’IVG. Et ce n’est pas la seule raison qui inquiète. La multiplication des comptes usurpés refait ainsi surface, déjà dénoncée par l’ex-chef de la sécurité de Twitter, Peiter Zatko qui avait pointé des « défaillances graves et choquantes, de l’ignorance volontaire et des menaces à la sécurité nationale et à la démocratie », dans un document révélé le 23 août par le « Washington Post » et CNN. L’homme qui se décrit comme un lanceur d’alerte est un ancien hacker connu sous le surnom « Mudge », embauché fin 2020 par l’ex-patron de Twitter, Jack Dorsey, après le piratage des comptes de nombreuses personnalités parmi lesquels l’actuel président Joe Biden, Barack Obama, Elon Musk, Jeff Bezos, et Kim Kardashian.

Twitter Blue

Les fonctionnalités de Twitter Blue ne sont pas encore au point © Twitter

Et comme la plus belle cage ne nourrit pas son oiseau, voici Twitter Blue, la nouvelle certification annoncée par Elon Musk, facturée près de 8 dollars (7,70 euros) par mois, mise en place le 10 novembre. Cette dernière permet à n’importe qui d’obtenir le macaron bleu tant convoitée par le quidam, jusqu’ici réservée aux organisations et personnes ayant prouvé leur identité, ou disposant d’une certaine notoriété. Elon Musk voulant selon lui mettre fin “au système actuel des seigneurs et des paysans, entre ceux qui ont la coche bleue et ceux qui ne l’ont pas”. Il n’en fallait pas moins pour voir arriver des comptes se faisant passer pour ceux de célébrités ou de grandes entreprises, ajoutant ainsi à la confusion et à la frilosité de certains annonceurs, qui s’étaient déjà retirés en attendant de voir comment évoluent les choses avec le nouveau patron de Twitter. Mais suite à une avalanche de dysfonctionnements, et la mise en garde jeudi soir de l’agence américaine de la concurrence (FTC) qui a déclaré : “Nous suivons les récents développements chez Twitter avec beaucoup d’inquiétude. Aucun directeur général ou entreprise n’est au-dessus de la loi”, il n’est désormais plus possible de souscrire à “Twitter Blue” “pour résoudre les problèmes d’usurpation”. Le patron de Tesla avait toutefois anticipé de potentielles mésaventures en prenant le soin de se dédouaner : “Merci de noter que Twitter va faire beaucoup de choses bêtes dans les mois qui viennent. Nous garderons ce qui marche et changerons ce qui ne marche pas”. « Des choses bêtes » qui ont précipité l’effondrement à la bourse du groupe pharmaceutique Eli Lilly en lui faisant perdre 16 milliards de dollars. Bien que Musk soit considéré comme un des plus grands visionnaires en matière de technologie, il est à noter que ses prévisions électorales lui ont toutefois aussi fait défaut, puisque pour la première fois depuis 1934, le président américain Joe Biden et sa formation politique ont réussi à déjouer tous les pronostics. Les Démocrates ont ainsi réussi à conserver le Sénat après avoir obtenu 50 sièges, et pourront par conséquent limiter la casse à la Chambre des représentants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vues : 19